Mobilité

  1. Un nouvel échangeur autoroutier est-il prévu ?
  2. Qu’en est-il du point particulier concernant l’accès au « Sartage » ?
  3. Qu’en est-il des voiries dans le parc existant et qui sont, par endroits, en très mauvais état ?
  4. L’offre de transports en commun sera-t-elle améliorée avec l’extension ?

1. Un nouvel échangeur autoroutier est-il prévu ?

La création d’un nouvel échangeur autoroutier est envisagée dans le cadre de l’avant-projet (voir volet B). A ce stade, l’auteur de l’étude d’incidences souligne que la création de cette nouvelle infrastructure est une nécessité à long terme pour augmenter la capacité d’accès aux Hauts-Sarts et également améliorer globalement la mobilité au Nord de l’agglomération liégeoise. Cependant, ce nouvel accès est également décrit comme non prioritaire par rapport au réaménagement de certaines infrastructures existantes.
La localisation même de l’échangeur est encore en cours d’analyse et plusieurs variantes sont toujours comparées.

 Retour au début de la page

2. Qu’en est-il du point particulier concernant l’accès au "Sartage" ?

Celui-ci est effectivement déjà fermé par une barrière, comme le recommande le plan communal de mobilité d’Herstal. Cette mesure a été ré-analysée par l’auteur d’étude d’incidences et, à ce stade, jugée pertinente. Ce sujet a donc été évoqué en réunion lors de l’examen des alternatives, conformément aux directives imposées par l’arrêté du gouvernement wallon lors de la révision du plan de secteur. Il s’agit d’un point soulevé, parmi d’autres, dans le cadre d’un examen complet de la situation existante.

 Retour au début de la page

3. Qu’en est-il des voiries dans le parc existant et qui sont, par endroits, en très mauvais état ?

La réglementation en vigueur prévoit la remise des voiries aux autorités communales qui en ont la charge et l'entretien. Néanmoins, dans le cadre du « Revamping » (PDF - 885 Ko), un projet pilote lancé par la Wallonie, et pour lequel la zone 1 des Hauts-Sarts a été retenue, la SPI pourra, en collaboration avec les autorités communales, intervenir notamment sur la réfection de certaines voiries et donc de sortir du cadre habituellement prévu. D’autres investissements sont prévus afin d’améliorer l’image et l’attractivité de la zone 1 des Hauts-Sarts qui a été une des premières développée par la SPI. Le but final étant d’éviter un décalage important entre les aménagements modernes voulus pour la future zone 4 et ceux existants dans la première zone, âgée de 50 ans. Les travaux débuteront courant de l’année 2014.

 Retour au début de la page

4. L’offre de transports en commun sera-t-elle améliorée avec l’extension ?

Concernant les transports en commun, la SPI n’a aucun pouvoir direct quant à l’offre en la matière. Cela ne l’empêche pas de relayer les demandes faites notamment par les entreprises auprès des autorités concernées et d’œuvrer, dans la limite de ses moyens et compétences, à l’amélioration de la mobilité dans les parcs.

A ce titre, l’action combinée des plans « rail-bus-vélo » (PDF - 126 Ko) et « revamping » (PDF - 885 Ko) est de nature à dynamiser la mobilité douce et à favoriser la sécurité sur les espaces publics dans la zone 1 des Hauts-Sarts. La SPI a pour but de poursuivre à l’avenir les actions allant dans ce sens.

 Retour au début de la page